Le Corbeau et le Renard

LES FABLES DE LA FONTAINE: Le Corbeau et Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
           Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléchée,
          Lui tint à peu près ce langage :
      « Hé ! Bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !
      Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes des bois. »
A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie ;
     Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon beau monsieur,
        Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »
        Le Corbeaux, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.
Vocabulaire :
Ramage : Chant des petits oiseaux
Phénix : ici, oiseau fabuleux, et personne supérieure aux autres
Vit aux dépens : vit aux frais de quelqu’un, au détriment de quelqu’un.

Introduction

Au XVIIè siècle, sous le règne de Louis XIV (Roi Soleil, Roi Absolu), les écrivains français comme Racine, Corneille, Molière et Jean de La Fontaine vivent aux dépends du pouvoir du royal. Pour eux, c’est très difficile de critiquer les dirigeants tels que les membres de la royauté et du clergé.

Jean de La Fontaine, pour ne pas avoir de problème avec la royauté et le clergé, fait recours aux animaux comme personnages de ses fables. Le Corbeau et le Renard figure dans le premier recueil de ses Fables paru en 1668.

Selon le dictionnaire Hachette Encyclopédique, une fable est un récit imaginaire, un mythe, une légende ; court écrit, apologue, généralement en vers dont on tire une moralité. Fables de La Fontaine. Les 240 fables écrites par Jean de La Fontaine ont été publiées en 3 recueils, comprenant chacun un nombre variable de “Livres”, regroupant eux-mêmes un nombre variable de “Fables”.

There are 243 fables originally written in French by the poet Jean De La Fontaine in the late 1600’s. He spent 26 years writing his versions of the fables.

L’édition complète des fables comporte donc 5 volumes, réédités en 1709 par Charpentier, qui attribue aux livres une numérotation croissante allant de I à XII.

Exemples de référence : *Corbeau (le) et le Renard I, fable 2; Laboureur (le) et ses Enfants V, fable 9; Lion (le) et le Rat Il, fable 11

Commentaire littéraire
D’abord, il faut retrouver les caractéristiques de la fable. Le texte met en scènes deux animaux – le corbeau et le renard – auxquels on retrouve des qualités et des défauts liés aux hommes. C’est une histoire simple qui contient une morale et qui sert d’allégorie des caractères humains.

En réalité, un corbeau est un gros oiseau noir qui vit dans les campagnes. C’est un oiseau maudit. Il symbolise la mort. Le corbeau ne chante pas, il croasse. Il n’est ni raffiné ni élégant. 84px-Corvus_caurinus_(facing)

(Image du corbeau par Ianaré Sévi – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7480873)

renard

Le renard est une espèce de petit chien qui vit dans les campagnes. ll vole les poules des paysans On lui attribue l’intelligence et la ruse, d’où l’expression française « être rusé comme un renard ».

Il y a la personnification des animaux. Ils ont des titres d’hommes : “Maître”, “Monsieur”, “Mon bon Monsieur”. Ils parlent comme des hommes : « Hé, bonjour Monsieur du Corbeau ». Le fromage que tient le corbeau est un aliment fait par et pour les hommes, pas les oiseaux ou les carnivores. De même, on retrouve des émotions et qualités humaines chez le corbeau (“honteux et confus”, vaniteux) et le renard est flatteur.

L’écriture du récit est poétique. Plusieurs octosyllabes rendent le texte vivant et plaisant grâce à la place accordée au dialogue.
On a la musicalité du parallélisme de construction des vers 1-2 et 3-4 :

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
           Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléchée,
          Lui tint à peu près ce langage :

Les phrases courtes et exclamatives (« Que vous êtes joli ! Que vous me sembler bleau!») donnent du rythme au discours du renard, qui sont accentués par l’apostrophe “Hé !”. Le texte est cadencé par les rimes croisées (1-4), suivies (5-10). Le ton du renard est ironique (“Sans mentir”). En réalité, il est justement en train de mentir. C’est de la flatterie.

Deux personnages entrent en scène avec le titre de « Maître », titre donné aux avocats et notaires. Ici, on voit que le renard est justement un maître flatteur, alors que le corbeau est un maître béni-oui-oui.
Les majuscules dans les noms ‘Corbeau’ et ‘Renard’ suggèrent qu’ils sont plutôt des personnes anonymes, dont les noms propres commencent par une majuscule.
Le verbe tenir est utilisé pour les 2 personnages, l’un à l’imparfait (tenait) pour le fromage par le corbeau, l’autre au passé simple (tint) pour le langage par le renard qui veut dire parler d’une certaine façon.

Les deux personnages du corbeau et du renard représentent des classes sociales différentes: le corbeau, qui est perché est dans une position élevée, et avec son fromage, il représente ceux qui possèdent des biens dans la société. Il représente probablement la noblesse et le clergé. De l’autre côté, le renard, qui est en bas, sous l’arbre, est en position inférieure, privé de possession, envieux. Il doit représenter les tiers-états, le peuple, les hommes ordinaires.

Dans la France du 17eme siècle, le renard représente le courtisan, qui flatte et dit tout ce que les personnes bien placées au pouvoir veulent entendre. Le corbeau, quant à lui, représente les personnes hautes placées – comme le corbeau bien haut perché sur sa branche – qui les écoutent, et finalement, qui les font vivre.

Pour survivre, le renard doit mentir au corbeau, car ce dernier est vaniteux – il croit vraiment qu’il a un beau “ramage” – car il est attiré par la possession du corbeau : « Maître Renard, par l’odeur alléchée ». Le renard n’a d’autre arme que son éloquence. En bon orateur, il utilise la parole en bon escient. Le renard se sert de métaphore : “Vous êtes le Phénix”, d’un vocabulaire soutenu et d’un discours mélodieux fait d’alternance entre octosyllabes et alexandrins.
Intelligemment, le renard fait appel aux sentiments (persuader) plutôt qu’à faire appel à la raison (convaincre). Le renard fait des compliments au corbeau, il ment à merveille car le terme “beau” ne rime pas avec le corbeau, ni pour son « ramage » ni pour son « plumage ». Que vous êtes joli ! que vous vous semblez beau ! Ici, les termes dans la gradation ‘joli’ et ‘beau’ montrent, ironiquement pour ‘joli’ des dehors agréables et pour ‘beau’ des formes parfaites.

L’exagération dans la flatterie survient dans les vers suivants :

Sans mentir, si votre ramage
 Se rapporte à votre plumage,
 Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois ! »

Si votre chant est comme vos plumes, vous êtes le plus bel oiseau de ce bois. Le Corbeau ressent une joie si vive, qu’il perd la tête. Croyant qu’il mérite ces louanges, le corbeau décide de prouver au Renard que sa voix est la meilleure :

A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie,
 Et pour montrer sa belle voix.
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
C’est-à-dire le fromage qu’il tient dans son bec. Bingo ! Le Renard réussit à faire tomber le butin du bec du Corbeau, qu’il convoite. Il prend le fromage très vite et parle :
 « Mon bon monsieur, Apprenez que tout flatteur
 Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
 Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »

Maintenant qu’il tient la proie, le Renard parle n’a plus de respect pour le Corbeau, et cesse de lui attribuer le titre de ‘Maître’ ou « Monsieur du Corbeau ». Il se moque de lui et l’appelle de façon familière et ordinaire : « Mon bon monsieur; » et lui donne une leçon qui renferme la morale de la fable.

Le dénouement de la fable vient de la réaction de la victime, le corbeau : Le Corbeau “jura […] qu’on ne l’y prendrait plus”. le corbeau regrette et se sent stupide d’avoir écouté et d’avoir cru le renard.
Conclusion
Dans cette fable, le renard est voleur et menteur, mais c’est bien le corbeau, vaniteux, qui est raillé et le renard qui sort victorieux. Ainsi, La Fontaine montre que la supériorité sociale ne fait pas tout, et critique la vanité humaine.
Le Corbeau et le Renard critique ceux qui sont sensibles aux compliments. Lorsqu’ils sont flattés dans leur orgueil, ils ne raisonnent plus et perdent leurs biens chèrement acquis. C’est une critique de la vanité humaine. La Fontaine démontre également la force de la parole et de l’écriture, au-dessus de la violence physique. D’autres fables de Jean de La Fontaine dénoncent la vanité, et d’autres vices humains tout en faisant de la morale.

Références :

Bac de français. « Le Corbeau et le Renard par Jean de la Fontaine », http://bacdefrancais.net/le-corbeau-et-le-renard-fontaine.php,

Rouzé, Clodomir. « Analyses des fables : La Fontaine, fable, le Corbeau et le Renard », Rue des Fables.net, http://www.ruedesfables.net/le-corbeau-et-le-renard-par-clodomir-rouze/, 13 Oct. 2016.

Pour une explication en anglais : Frenchtoday. “Le Corbeau et le Renard” de Jean de La Fontaine with explanation and analysis, © French Today/Chevalier-Karfis 1999-2017 All rights reserved. wp, https://www.frenchtoday.com/french-poetry-reading/poem-le-corbeau-et-le-renard-la-fontaine, retrieved 29 May, 2017.

A. Souleymane

Souleymane office

Advertisements

One thought on “Le Corbeau et le Renard

  1. Merci bien le Docteur Souleymane. On a besoin d’une telle fable de temps en temps surtout avec nos leaders égoïstes -là.

    Merci pour l’analyse de la fable.En fait, vous êtes calé.
    De toute façon, je vous remercie pour avoir partagé votre connaissance.

    Like

Thanks for the comment!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s